Coupe du monde 1970

La Coupe du monde 1970

La neuvième édition de la prestigieuse Coupe du monde de football a lieu au Mexique du 31, mais au 21 juin 1970. L'équipe qui à remporté cette Coupe du monde est évidemment le Brésil de Pelé, Jairzinho, Rivellino, Tostão et Gérson, une attaque exceptionnelle qui marquera quatre buts en finale face à l'Italie. Cette Coupe du monde est considérée comme l'une des plus spéctaculaire, elle est d'autant plus marquée par dix buts de Gerd Müller et part une demi-finale surprenante entre l'Italie et le RFA ; ce match consideré comme le match du siècle par cértains. La coupe trophée appelé à cette époque "Coupe Jules Rimet " , est mis en jeu lors de la premiere edition, de la competition en 1930. Ce trophée est destiné à être conservé definitivement par la première équipe qui parvient à gagner à trois reprise la Coupe du monde. Ce que le Brésil a fait, la Seleção est sacré championne du monde pour la troisième fois apres 1958 et 1962. La légende Pelé à contribué à toute ces campagnes victorieuses du Brésil, il reste à ce jour le seul joueur vainqueur de trois titres mondiaux. Le format de cette Coupe du monde est resté le même que les éditions de 1958, 1962 et 1966. 16 équipes qualifiées, réparties en quatre groupes de quatre équipes qui se rencontrent au premier tour. Les équipes qualifiées pour les quarts de finale sont les deux équipes en tête de chaque groupe. L'innovation principale concerne l'utilisation du "goal average", c'est-à-dire la mise en place de l'utilisation de la différence de buts pour départager les équipes qui sont à égalité de points cela évite ainsi les matchs d'appui pour les places qualificatives. Pour la première fois de l'histoire, le remplacement des joueurs dans le jeu à été autorisé en Coupe du monde.L'Union soviétique est la première équipe à faire un changement dans l'histoire de la coupe du monde contre le Mexique. Viktor Serebryanikov était le premier joueur à être remplacé, par Anatoly Puzach après 45 minutes. Une autre innovation durant cette Coupe du monde est la première utilisation des cartons jaune et rouges, critère visuel compréhensible de tous, joueurs, entraîneurs ainsi que les spectateurs présents dans les tribunes ou derrière leurs télévisions. Cette Coupe du monde est également la première à être en couleurs à la télévision. Cette édition voit aussi le retour de l'Afrique avec la participation du Maroc, deuxième nation africaine présente en phase finale après l'Egypte en 1934, et la présence inédite d'Israël, le représentant du continent asiatique.

Europe : Angleterre (champion du monde 1966) ,Italie , Allemagne de l'Ouest , Roumanie, Union soviétique, Bulgarie, Suède, Belgique et Tchécoslovaquie.

Amérique du Nord, centrale et caraïbes : Mexique (pays organisateur)
Salvador

Amérique du Sud: Brésil, Uruguay, Pérou

Asie-Océanie: Israël

Afrique:,Maroc

Premier tour :

Groupe I :
Le groupe 1 comporte les équipes suivantes : Union- soviétique, Mexique, Belgique et Salvador.
Les hôtes mexicains ont suscité les espérances d'une nation entière en accédant aux quarts de finale en compagnie de l'Union soviétique. Cependant, le Méxique gagne grâce à un penalty contestable face à la Belgique lors de la dernière journée. À l'issue des trois journées, Mexique et le l'Union soviétique finissent en tête du groupe à égalité sur tous les critères du règlement. À lieu alors un tirage au sort afin de les répartir dans le tableau final. Salvador quitte la Coupe du monde au premier tour sans avoir gagné aucun match.

Groupe II :
Le groupe 2 se compose des équipes suivantes : Italie, Uruguay ,Suède et Israël. Ce Groupe à vu sans surprise l'Uruguay et les champions européens, italiens se défaire de la Suède et d'Israël. L'Italie, qualifiée après une série de matchs insipides, montrera cependant la surpematie de son talent lors de la phase à élimination directe.

Groupe III :
Le groupe 3 se compose des équipes suivantes : Brésil, Angleterre, Roumanie et la Tchécoslovaquie.

Dans le match opposant le Brésil à la Tchécoslovaquie, Pelé tente une action jamais vue auparavant lors d'une compétition aussi prestigieuse que La Coupe du monde, un lob du milieu du terrain sur , Ivo Viktor le gardien de but tchécoslovaque manquant le cadre d'un rien. Quant au « désaccord des champions » entre le Brésil et l'Angleterre, il a été à la hauteur de toutes les espérances, avec le Brésil gagnant sur un score de 1-0. Durant la partie, Gordon Banks, gardien de but de l'Angleterre, effectua notamment l'un des plus beaux arrêts du mondial à la suite d'une tête de Pelé aux 6 mètres. Impossible pour la Roumanie et la Tchécoslovaquie de s'imposer dans ce groupe.


Groupe IV:

Le groupe 4 se compose des équipes suivantes : Allemagne de l'Ouest, Pérou Bulgarie et seule équipe représentant l'Afrique, le Maroc. Dans le groupe 4, le Pérou avec son jeu d'attaque modèle a créé la surprise en battant la Bulgarie 3-2 alors qu'il était mené 0-2 après 49 minutes de jeu. Le Pérou est qualifié pour les quarts de finale après ses deux premiers matchs, mais s'écrase face à une Allemagne tros forte. Le Pérou est donc deuxième du groupe derrière l'Allemagne. Le Maroc ne gagnera aucun match et finiera dernier du groupe.

Quarts de finale :


Les quarts de finale ont vu une Italie en forme et s'imposer 4-1 face aux hôtes de cette Coupe du monde, le Mexique ,après avoir encaissé le premier but. Victoire du Brésil sur le Pérou 4-2 après un match spectaculaire entre deux équipes portées sur l'offensif. L'Uruguay a défait, après prolongation, une équipe d'Union soviétique qui partait pourtant favorite.

Le dernier quart de finale, un « remake » de la finale 1966 entre l'Angleterre et la RFA (équipe d'Allemagne) est sans nul doute l'un des meilleurs match de l'histoire de la Coupe du monde. Après cinquante minutes, l'Angleterre mène 2-0 et pense s'assurer une place en demi. C'est alors que l'entraîneur de l'Angleterre Alf Ramsey, trop confiant, décide de sortir un de ses joueurs-clés, Bobby Charlton, afin de l'épargner pour la suite du tournoi. Mais sans Charlton, l'Angleterre perd son emprise sur le jeu et ne peut contenir les implacables attaques allemandes. Après que Franz Beckenbauer est réduit l'écart 2-1, la RFA égalise à huit minutes de la fin sur une tête d'Uwe Seeler et une hésitation fatidique du gardien de but remplaçant Peter Bonetti (Gordon Banks étant absent pour cause d'intoxication alimentaire). L'élan anglais était irrévocablement brisé et la RFA tiendra sa revanche grâce au but de la victoire signé Gerd Müller durant la prolongation (après une autre erreur de Bonetti).

Demi-finales



Les demi-finales présentent des affiches de prestige, les quatre équipes ayant toutes au moins un titre de championne du monde à leur palmarès. Le Brésil, vainqueur face à l'Uruguay 3-1 dans une demi-finale 100 % sud-américaine au goût de finale, qui a vu un moment lumineux du « roi Pelé » , sur une ouverture au ras du sol, Pelé se trouve à l'entrée de la surface de réparation face a Ladislao Mazurkiewicz, le gardien uruguayen, avec un ballon venant sur sa gauche. Le gardien se focalise uniquement sur Pelé et anticipe une prise de balle de ce dernier. Or le Brésilien laisse volontairement filer le ballon sans le toucher et effectue un grand pont sur le gardien qui est trompé par la feinte. Mais ce coup de génie n'aura pas le destin qu'il mérite, car, après avoir récupéré le ballon dans le dos de Mazurkiewicz, Pelé croise trop son tir face au but vide, la balle frôlant seulement le poteau. Il s'agit pour beaucoup d'un des plus beaux gestes de Pelé, illustrant le sens de l'innovation de ce joueur d'exception.

L'autre demi-finale, qui à opposé l'Italie et la République fédérale d'Allemagne, est considérée comme l'un des plus grands matchs de l'histoire de la Coupe du monde. C'est l'Italie qui ouvre le score en début de rencontre grâce à Roberto Boninsegna à la suite d'un excellent une-deux avec Luigi Riva. L'Allemagne (RFA) se montre patiente dans le jeu et parvient à égaliser à la 90e minute grâce à un but de Karl-Heinz Schnellinger . Durant la prolongation, Gerd Müller donne l'avantage à l'Allemagne à la 94e minute avant que l'Italie ne revienne à la marque par un b but de Tarcisio Burgnich , défenseur de l'équipe Italienne (son unique but international hors match amical). Le chassé-croisé au tableau d'affichage se poursuit : à la 104e minute, Riva trompe Sepp Maier le gardien Allemand et signe le troisième but italien (3-2), puis Müller égalise six minutes plus tard (3-3). La télévision est en train de retransmettre le ralenti du but allemand quand le milieu italien Gianni Rivera, esseulé au point de penalty, prend à contre-pied le gardien allemand sur un bon centre en retrait de Boninsegna (4-3). Franz Beckenbauer bléssé aux clavicules à la suite d'un choc avec un joueur Italien en prolongation, continue de jouer. L'équipe Allemande ne benificie plus de remplacement, car le Helmut Schön, le sélectionneur de la RFA avait déja effectué les deux remplacements autrorisés. Beckenbauer, qui était beaucoup critiqué avant le match du côté allemand, est par conséquent resté sur le terrain jusqu'à la fin du match avec un bras en écharpe, image devenue le symbole de son courage et de sa persévérance.

Finale

Lors de la finale, le Brésil frappe le premier, une tête de Pelé sur un centre de Rivelino à la 18e minute. Roberto Boninsegna a égalisé pour l'Italie après une erreur dans la défense brésilienne. Dans la deuxième mi-temps, la créativité et la puissance de feu du Brésil étaient trop forte pour une Italie qui est restée accrochée à leur système défensif prudent. Gérson enchaîne pour le Brésil d'un tir puissant des 20 mètres. Il frappe ensuite un coup franc des 40 m qui atterrit sur Pelé qui remet de la tête sur Jairzinho lancé qui ne peut que marquer. Après une magnifique démonstration de maîtrise collective et d'attaque éfficace face à des Italiens déboussolés, Pelé décale son capitaine Carlos Alberto sur le flanc droit pour le dernier but. Le but de Carlos Alberto, après une série de mouvements par l'équipe brésilienne de la gauche au centre, est considéré comme l'un des plus grands buts jamais marqués dans l'histoire de la Coupe du monde. Cette victoire a consacré le premier tri-campeão (triple champion) dans l'histoire du football. Avec cette troisième victoire après 1958 et 1962, le Brésil obtient les droits de garder le trophée de Jules Rimet de manière permanente (il sera volé en 1983 à Rio de Janeiro et n'a jamais été récupéré.). L'entraîneur brésilien Mário Zagallo était le premier footballeur à devenir champion du monde en tant qu'un joueur (1958, 1962) et entraîneur, et Pelé a fini sa carrière en coupe de monde en tant que premier joueur à avoir gagné 3 coupes du monde.

Equipe du Bresil lors de la Coupe du monde 1970

Retour au blog